Category: Astuces

Brave dévoile ce qui serait un programme de surveillance de masse au Royaume-Uni

En d√©but de mois,¬†Brave¬†a publi√©¬†un rapport¬†dans lequel il fait √©tat d’une surveillance de masse des citoyens britanniques? op√©r√©e par des entreprises priv√©es.

Baptisé UK Councils Report, le texte précise que la surveillance utilise les sites web des districts et comtés locaux.

Revendre des données sensibles

Le rapport d√©bute en pr√©cisant que ¬ę¬†le public visite les sites web de leur gouvernement local √† la recherche d’aides ou de services. Quand vous avez un enfant, que vous d√©m√©nagez, que vous r√©alisez des travaux chez vous, que vous vous marriez ou que vous perdez un proche, la loi britannique demande que vous d√©clariez ces √©v√©nements aupr√®s du conseil¬†(du district ou du comt√©,¬†ndlr.).¬†En g√©n√©ral, cela se fait √† travers le site web du conseil¬†¬Ľ.

Brave poursuit¬†: ¬ę¬†Mais les entreprises travaillant sur [ ces ] sites Web en apprennent davantage sur vous. Cela arrive m√™me dans les occasions les plus sensibles, lorsque vous demandez de l’aide pour un handicap de sant√©, pour un probl√®me de drogue ou face √† une d√©tresse financi√®re¬†¬Ľ. Selon Brendan Eich, le P.-D.G. et co-fondateur de¬†Brave, cela donne un ¬ę¬†√©norme pouvoir¬†¬Ľ √† ces entreprises, qui sont susceptibles de revendre ces donn√©es.

Le moteur de recherche a ainsi découvert que sur 23 sites web issus de conseils locaux, les données étaient effectivement collectées par des sociétés de courtage. Cette collecte, utilisant les cookies et réalisée sans le consentement des utilisateurs, aurait fourni des informations destinées à être revendues à des tiers.

 

¬ę¬†La plus grande fuite de donn√©es jamais enregistr√©e au Royaume-Uni¬†¬Ľ

Brave,¬†qui a r√©cemment tacl√© Google¬†une premi√®re fois quant √† son respect de la vie priv√©e, remet le couvert. Face √† son rival, il souligne que Google ¬ę¬†exploite des syst√®mes utilis√©s en arri√®res-plan sur de nombreux sites du conseil [ et ] poss√®de les cinq principaux √©l√©ments int√©gr√©s, charg√©s par les sites Web des conseils britanniques¬†¬Ľ.

Pour Damien Mason, expert en confidentialit√© num√©rique chez ProPrivacy, ce degr√© de surveillance est alarmant. Il a d√©clar√© que ¬ę¬†c’est particuli√®rement pr√©occupant pour les personnes vuln√©rables, comme celles en situation de crise financi√®re et √† la recherche d’aide. Cela ne pourrait-il pas les conduire √† √™tre cibl√©s par des publicit√©s en ligne venant de soci√©t√©s de pr√™t sur salaire, par exemple¬†?¬†¬Ľ

Il ajoute √†¬†Decrypt¬†: ¬ę¬†Des conseils partout dans le pays sont en train de cr√©er un mauvais cas de jurisprudence en mati√®re de protection de la vie priv√©e. Ce type d’ignorance envers les donn√©es personnelles est d√©j√† inacceptable pour les entreprises priv√©es, mais le secteur public a une plus grande responsabilit√© dans la d√©fense du droit fondamental de la vie priv√©e, que ce soit dans le monde r√©el ou en ligne¬†¬Ľ.

Selon Johnny Ryan, le directeur des politiques de Brave, ce rapport est le r√©sultat d’une histoire qui court depuis maintenant deux ans. En janvier 2018, il dit avoir contact√© l’ICO (Information Commission Office) √† ce sujet. L’organisme a d√©clar√© en juin dernier que les ench√®res en temps r√©el (real-time bidding, RTB) portant sur des donn√©es personnelles √©taient ill√©gales, et a donn√© six mois √† l’industrie pour modifier ses pratiques. De nouveau, six mois plus tard, le 17 janvier dernier, Brave a estim√© que l’ICO avait √©chou√© face au RTB, r√©v√©lant ce qu’il estime √™tre¬†¬ę¬†la plus grande fuite de donn√©es jamais enregistr√©e au Royaume-Uni¬†¬Ľ.